05/09/2005

Fébriles


Des fièvres orientales peu mais presque,de celles qui vous viennent comme çà sans crier gare et vous mettent le coeur en bourdon. Celles qui sont elles qui font de vous un il sur une île déserte triste à pleurer. Et puis combien de naufragées, au bouche à bouche réssucitées, autant de mères, de filles, et de saints esprits comme avance l'avanie, la vanille et////
Blok on stage
Qui vit ?
Qui Aime ?
Coming home.

17:48 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

obscur, ce soir tres cher jacques.. votre poesie... :-)

Écrit par : Poussière de lune | 05/09/2005

On ne renie pas son passé... Cher Jacques,
Je ne suis pas con (enfin, j'espère)... ni poète non plus! (Je ne comprends pas la moitié de ce que Poussière de Lune écrit).
Mais, je l'ai connue dans une autre vie ou j'avais un autre blog (La Vérité d'Armand). Elle a changé de blog et autres...
C'est une forme de fidélité virtuelle, si tu veux.
Amitiés.

Écrit par : Armand | 06/09/2005

Les commentaires sont fermés.