23/09/2005

JUST ANTE-MORTEM


Il avait décidé de vivre, un choix délibéré
Même si sa vie n'était toujours pas un roman
Sa vie il l'avait écrite et raturée
Faisant gicler la sueur, les larmes et le sang

Elle le pressait : "Viens il est temps"
Lui le coeur tremblant s'en retournait aux muses
Voilant le mat du radeau de la Méduse
Bousculant les courants sombres de l'océan

"Cela ne sert à rien d'aussi loin courir"
Lui criait-elle avec le vent
"J'ai beau être derrière je suis ton avenir
Et mon mur tu files droit dedans"

"Allez, maintenant, stop c'est fini
Tu n'as plus rien sur ta carte de crédit"
"Mourir, oui, mais sur le toit du Monde
Laisses-moi encore quelques millions de secondes"

Elle lache prise et s'en va bientôt
Déchirant sa robe à la lame de sa faux
Son regard noir en dit long
Le prochain coup sera le bon.

17:13 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

J'aime... Ce poème...

Écrit par : Poussière de lune | 24/09/2005

Les commentaires sont fermés.