21/10/2005

Sans son et delete là


C'est un poète internaute du moyen-âge
Une seule corde à son instrument d'écriture
L'essentielle, que l'on lit sans bavures
En se dessinant soi-même les images

Vous ne le voyez pas bouger, gesticuler
Sa voix jamais vous ne l'entendez
Le poète Tabacco n'est pas camé
Et pas de micro, même KGB, branché

Ce poète raconte sa vie du bout d'un doigt
Caressant avec prestance le clavier
Réservant à ses autres doigts de divins droits
Tous ceux à l'aimer destinés :

L'auriculaire pour mieux ententre ta voix
L'annulaire pour ne jamais nous marier
Le majeur pour aller loin au fond du bois
Et le pouce, les jours sans, à sucer

Tu viendrais bien demain soir
Dessambre sur liège en octobre
Aller prendre un verre près de la foire
Point trop, le poète veut être sobre

Pour tout bien goûter de la vie
Pour avec l'index écrire à ton clavier
Glissant sur tes côtes en portées
Tous les avants-goûts de vanille

09:51 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.