22/10/2005

Une heure d'attente au boulevard Piercot


C'est de la prose, pour changer. Ce midi j'ai ramené ma copine Michka à son train pour Bruxelles puis je suis reparti vers un GB chercher de la bouffe pour le chat et deux boites de bière produit blanc, pas plus, mes moyens sont limités. Arrivé au Boulevard Piercot j'ai raté mon bus de cent mètres, mon pied s'est rappelé à mon souvenir. Résultat un banc et une chope.
Une madame qui promène son griffon blanc, aussi moche que le chien qui vient me lécher...mes souliers "il est gentil" me précise la dame, pas moche quand même. La soixantaine aux apparences pleines de fric. Elle vient vers moi, merde, voila que je bande. Elle s'asseoit sur le banc et me demande.... un coup de ma bière. Je lui donne. Elle boit tout en trois goulées. Un sourire, une main sur ma cuisse. "Je dois rentrer, mon mari m'attend"... Elle se lève et repart prestement avec son cabot.
Attendre, encore quarante minutes. Un couple sort d'une mini avec 3 gosses, le mec a l'air énervé, il dit à sa nana : "une heure pas plus", et la nana s'en va vers la foire avec les moufflets pendant que le mec s'en retourne au volant avec ses mots croisés.
Une auitre femme, pas mal roulée avec un laid chien gros et roux qui chie à un mètre devant moi.
"Jacques tu est vraiment sale aujourd'hui ! cela ne se fait pas de déposer son caca devant les gens". Le toutou se nomme Jacques comme moi. Rigolo. Je me lance "cela ne me dérange pas Madame, nous portons le même nom !" Et elle de me toiser en me lachant que je suis un salopard et qu'elle va porter plainte contre moi.
Heureusement le bus arrive, je le prends et vogue la galère.

16:34 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.