24/10/2005

AU REVOIR


Le poète ne sait plus au juste ce qu'il est
Il navigue trop à l'aveuglette
Comme un moustique sur toile à crever
Chassé par de belles tapettes.

C'est dire s'il se sent affaibli
Comme scotché au champ d'honneur
Comme une bavure, une bête erreur
Ce truc en chien de fusil.

Je m'en vais ailleurs
Ciao mes ami(e)s.

04:43 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

en fait le poète n'attend plus que le déclic

Écrit par : Jacques | 24/10/2005

Heuuu... pas trop longtemps ...sioupléééé !!!!! Au prochain déclic (sinon des claques! rhooo)

Écrit par : just-de-passage | 24/10/2005

Un passage en douceur... Pour te dire qu'on survit a tout... et surtout quand ce tout n'était que du vent :-)

Écrit par : poussière de lune | 25/10/2005

l'haut revoir je ne peux pas le croire
après tant de tant et bcp de temps

Écrit par : carole | 28/10/2005

Les commentaires sont fermés.