30/10/2005

Comme le sapin


Tout petit dans la campagne planté avec ses frères
Tous bien alignés en régiments pour le profit
De peu d'années sera sa vie
Mais pour lui quelle fin extraordinaire

Etant passés à taille humaine
Au début du mois de l'hiver
On leur coupe les pieds à la chaîne
Et on les entasse dans des containers

Certains sont de suite mis en devantures
Drapés de guirlandes et de colis factices
Exposés au froid et au gaz des voitures
Pour eux l'avenir est déjà rasé gratis

Les autres s'en iront suivant le marché
En d'autres temps c'était aux esclaves
Avec un peu de chance ils pouvaient bien tomber
Mais oui chez les patrons y a même des braves

Dans ces appartements à chaudes tapisseries
Dans le pétillant du regard des petites filles
Sous ses bras, en ses jambes, s'accrochent des boules
Et s'illumine soudain un chemin le lumière
Filant jusqu'au plus haut de sa crinière
Jusqu'à l'étoile innaccessible aux foules

Noël, dans la chaleur des logis
Avant, semaine suivante, la dernière orgie
La gueule de bois sec, la déprime
Se sentir partir en perdant ses épines

Fin janvier entassés dans la benne d'un camion
Ils se racontent leurs étranges évolutions
De la rue ou sortant d'un cocon c'est même misère
Leur cendres iront mêlées nourrir la terre.

08:52 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

vice versa petit bonjour en passant
bonne journée de printemps en automne

Écrit par : carole | 30/10/2005

Voici le retour du Gedhi Lutte anti sapineux de tous bords... Aux armes citoyens, brandissons nos hauts parleurs... bise

Écrit par : Gaïa | 31/10/2005

Ils sont là ... Pour le plaisir des petits et des grands.
Demain, seront si bien garnis, de boules et de cadeaux.
Mais leur fin, après avoir vécu la guillotine avant Noël, deuxième semaine de l'année, ne sera pour eux la "bonne année !" ...
Jean-Pierre

Écrit par : L'esthète | 31/10/2005

Les commentaires sont fermés.