07/12/2005

Plus rien que le noir


Plus rien que le noir, comme ces visages et d'autres moins pour qui je continuerai à me battre, plus de lumière au bout de mon tunnel, plus aucune espérance. Comme le ballon crevé du gosse qui c'royait en un monde aérien, différent, tellement mieux et qui se retrouve con comme un balai au bord de l'étang à regarder les canards qui voguent insouciants à sa misère. Praaatche (néologisme) que c'est dur la vie ! Pourquoi naître pour finir si tristement, tout seul ? Ras le bonbon de toujours devoir tout négocier, comme au syndicat, ce qui est mieux pour les autres, ras la patate de se retrouver toujours tout seul sur son quai de bus, de tram ou de train et de regarder les gens heureux. Bien vite le cimetière, la fournaise du créma, et l'oubli.
Quelle merde cette vie.

23:58 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Jacques, Qu'est ce qui se passe ? quelle tristesse tout à coup ! Amitiés

Écrit par : Poussière de lune. | 08/12/2005

sens La vie n'a pas de sens préétabli. On peut lui en donner un, dans l'approximatif. La seule certitiude: la direction de la vie, le néant ou un clair au-delà de la boue d'ici-bas. Rien n'a de sens sauf tout et inversément. Très folichon tout cela..

Écrit par : edouard | 30/08/2006

Solitude Ce mot je le connais tellement bien
Ton texte à effleurer ce que j'ai au fond de moi...
Remonte la montagne et quand tu seras en haut regarde l'horizon nous sommes des milliards à être comme cela mais nous croyons perpétuellement que nous sommes les seuls car bien dans notre cocoon... A bientôt

Écrit par : Delphine | 02/10/2006

ah le bonheur..... C'est quoi le bonheur.....????
peut etre simplement se retrouver sur un blog enrichissant.......
Continue....

Écrit par : Bertrand | 20/10/2006

Les commentaires sont fermés.